Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

Le sage des bois
Georges Picard
N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures
Paola Pigani
Pomme S
Éric Plamondon
Taqawan
Éric Plamondon
Le grand marin
Catherine Poulain
Zozo, chômeur éperdu
Bertrand Redonnet
Il était une ville
Thoma B. Reverdy
Les évaporés
Thomas B. Reverdy
La légèreté
Emmanuelle Richard
de peur que j’oublie
Marie-Noël Rio
Tous les coups de coeur - Littératures française
Le grand marin

Catherine Poulain
Éditions de l’Olivier
374 pages
19.00 €

Sur le "Rebel", chalutier en campagne de pêche au large de l’Alaska, il y a le "grand gars maigre" (le skipper), le Grand Marin, tous les deux experts en navigation et pêche, et puis il y a les autres, des hommes qui ne font pas tous partie des AAA, anciens alcooliques anonymes !... Et enfin, il y a Lili , cette jeune femme en rupture. Elle a tout lâché, sa famille, ses amis, son pays (la France). Une seule idée la fait vivre : aller le plus loin possible sur une carte et dans son corps aussi, comme poussée aux extrêmes : eau glacée dans les bottes usées, dans les gants déchirés, manipulant des flétans plus grands qu’elle, ivre de fatigue par manque de sommeil, avec le risque, le danger , les blessures dramatiques. Quant à l’amour, il peut être présent mais ne sera pas un obstacle à son désir.

Tous en embarquant ne rêvent que de leur paye de fin de saison mais celle-ci se réduit comme peau de chagrin au fil des lignes cassées, des filets arrachés, des casiers perdus qu’il faudra rembourser. Ces marins n’ont rien au départ et souvent pas grand chose à l’arrivée.

Ce qui émeut dans ce roman inspiré par la propre vie de Catherine Poulain, c’est l’expression de la fraternité de ces hommes, mais aussi cette recherche de la liberté qui se paie par une solitude volontaire dans une nature omniprésente et menaçante. Au bout de cette aventure ( sa lecture en est une autre) , Lili (Catherine Poulain) "impatiente à en pleurer", ne pense qu’à repartir, plus loin , plus fort, peut-être pour ce Point Barrow, à l’extrême nord, là où le monde finit, au bord du vide. Est-on jamais satisfait de sa vie ?

Catherine

le 11 février 2016


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan