Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

Le grand marin
Catherine Poulain
Zozo, chômeur éperdu
Bertrand Redonnet
Il était une ville
Thoma B. Reverdy
Les évaporés
Thomas B. Reverdy
La légèreté
Emmanuelle Richard
de peur que j’oublie
Marie-Noël Rio
En remontant les ruisseaux
Jean Rodier
Les saisons indisciplinées
Henri Roorda
Royaumes obscurs
Marie-Claude Roulet
Le désir de guerre
Frédéric Roux
Tous les coups de coeur - Littératures française
La légèreté

Emmanuelle Richard
éditions de l’Olivier
274 pages
18,00 €

Le début, au style durassien, de ce roman expose la situation : elle a 14 ans bientôt 15, il y a son père, sa mère et son petit frère auquel elle voue une affection particulière car il la rattache à son enfance quand tout était plus simple. C’est le mois de juillet, ils partent en location de vacances sur l’île de Ré.

Celle dont il s’agit, "elle", est moche, n’a pas de seins, est trop maigre, est née dans une famille modeste et se sent décalée, déplacée en toutes circonstances. La honte de son corps est à la hauteur de celle qu’elle éprouve pour ses parents.

L’été qui s’annonce est celui de toutes les attentes. Elle veut attirer le regard d’un garçon, puis que les choses arrivent comme elles doivent arriver, croit-elle. Elle n’a pas de temps à perdre, consciente d’une féminité éphémère, connaissant tout d’une sexualité théorique mais rien de la marche à suivre. Alors le doute l’envahit, prisonnière de la dictature de la beauté propagée par les medias et coincée par le double langage de ses parents la poussant à sortir puis la réprouvant aussitôt.

Cette ambivalence rejoint la sienne propre. Elle, qui n’attend que ça, s’enfuit lors de rencontres potentielles. Au final, un grand bouleversement aura eu lieu qui la transformera et changera le regard qu’elle porte sur elle-même.

L’écriture est linéaire. La narration est double : observatrice à la 3ème personne et intime à la 1ère personne à la manière de la rédaction d’un journal. Ainsi, le lecteur est au plus près des sensations, des sentiments et du cheminement de pensée de la jeune héroïne. Saluons ce premier roman très juste.

Catherine

le 24 janvier 2014


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan