Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

Discours à la nation
Ascanio Celestini
Sur le rivage
Rafael Chirbes
La femme aux cartes postales
Jean-Paul Eide et Claude Paiment
Une enfance de Jesus
John Maxwell Coetzee
La farine. Une confession
Benoît Damon
Un immense asile de fous
Louis de Bernières
Room
Emma Donoghue
le dernier stade de la soif
Frederick Exley
Les buveurs de lumière
Jenni Fagan
Op Oloop
Juan Filloy
Tous les coups de coeur - Littératures étrangères
La farine. Une confession

Benoît Damon
Éditions Héros-Limite
125 pages
10.00 €

La littérature suisse romande est-elle à classer dans les parutions étrangères ? Je ne sais pas mais elle peut être étrange et dérangeante comme cette "Farine", récit autobiographique de Benoît Damon paru chez Héros-Limite. Poudres blanches, la farine et l’héroïne sont les deux ingrédients de ce terrible récit qui tremble de colère et de ressentiment contre une vie qui se profile aussi creuse que l’aiguille qui dispense l’apaisant venin. Jeune apprenti pâtissier, Pierrot se pique à la poudre de perlimpinpin pour garder la forme. La forme il ne l’a pas. J’avais quinze ans, j’étais pétri de haine. Alors cancre relâché, intraitable morveux, c’est la farine qu’il va pétrir pour Monsieur H, dans l’ apprentissage d’un métier qu’il voit comme une nuit qui s’ouvrirait devant lui.

La véhémence du propos, la rage de la rébellion se brisent sur le désespoir de l’auteur qui s’adresse à sa mére , "la patience de ton amour me soulevait le cœur".
Sa colère se fait plus froide et cinglante quand il évoque le séculaire mépris des joies simples de la religion protestante, contemptrice de la vie. On pense à Jacques Chessex et à une autre confession, celle du Pasteur Burg, où la haine du père et de tout pouvoir conduit au désir de mort. Comment échapper alors à ce vertige ? Même la lecture ne semble pas un remède suffisant. Seul le temps des renoncements et du silence apportera un apaisement.

le 23 janvier 2016


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan