Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

La bombe, de l’inutilité des bombardements aériens

Howard Zinn
Lux, collection Mémoires des Amériques
traduction (américain) : Nicolas Calvé , 96 pages
10,00 €

Pour ce coup de coeur, nous laissons la parole et la plume à Bernard Ruhaud (écrivain et auteur de "Salut à vous", aux éditions Maurice Nadeau) :

"On connaissait les écrits d’Howard Zinn, notamment sa remarquable Histoire populaire des Etats-Unis. Les éditions Lux viennent de réunir deux autres textes de l’historien américain consacrés aux bombardements d’Hiroshima et de Royan*. Jeune aviateur à l’époque, Howard Zinn a lui-même participé au bombardement de Royan d’avril 45, au cours duquel 1150 avions alliés larguèrent 1,8 millions de litres de napalm sur une ville déjà rasée par un bombardement qui fit entre 1000 et 1400 victimes civiles trois mois plus tôt.
A Royan comme à Hiroshima et Nagasaki mais également à Dresde et ailleurs, aucune stratégie militaire ne justifiait ces opérations démontre Howard Zinn. La guerre prenait fin et son issue ne faisait plus aucun doute, les militaires allemands et japonais ayant déjà formulé des offres de repli et de capitulation que les autorités alliées ignorèrent délibérément.
Zinn étaye plusieurs hypothèses pour expliquer l’acharnement des alliés à multiplier ces sacrifices aussi vains qu’effroyables. « Il est fréquent que des opérations ne soient pas motivées par la nécessité militaire, mais plutôt par la volonté de tester de nouvelles armes » écrit-il. Des justifications aussi absurdes que monstrueuses sont fournies par les autorités militaires elles-mêmes. A une délégation d’habitants de Royan demandant des explications, le général De Larminat répondit que les militaires « … ne voulaient pas que l’ennemi capitulant de son propre gré, eût l’impression d’être invaincu. » En fait d’ennemi, ce sont essentiellement le cœur des villes et les populations civiles qui furent visées avec des armes d’une puissance de destruction jamais atteinte. « …si le terme « terrorisme » a la moindre signification (…) il s’applique parfaitement aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki. » écrit encore Howard Zinn. Contre les arguments de ceux qui tentent toujours de justifier les guerres, ce petit livre de 90 pages illustre une fois de plus jusqu’où les crises de la bourgeoisie peuvent conduire en détournant et détruisant aveuglément les forces productives."

le 24 juin 2011


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan