Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

Le chien,la neige, un pied
Claudio Morandini
La petite lumière
Antonio Moresco
Kolka
Bengt Ohlsson
Ör
Audur Ava Olafsdottir
Entre amis
Amos Oz
Hérétiques
Leonardo Padura
La main de Joseph Castorp
João Ricardo Pedro
La tristesse des éléphants
Jodi Picoult
C’est moi qui éteins les lumières
Zoyâ Pirzâd
Solomon Gursky
Mordecai Richler
Tous les coups de coeur - Littératures étrangères
Entre amis

Amos Oz
Gallimard
traduction (hébreu) Sylvie Cohen 157 pages
17,50 €

"Chez nous au kibboutz", cela se passait comme ça dans les années cinquante. Dés le début de la première nouvelle (il y en a huit), nous comprenons que ce temps n’est plus. Les temps changent. Les fondateurs de l’idéologie communautaire, anciens rescapés de la shoah, vieillissent. Les générations évoluent. Certains kibboutzniks gardent cette rigueur intransigeante : pas de biens ni d’argent personnels par exemple. D’autres entendent la demande de liberté des plus jeunes : s’éloigner, changer d’air rien qu’un moment. Mais ce qu’ Amos Oz nous décrit, dans ce milieu souvent hostile - chaleur poisseuse, froid intense ou pluie pénétrante - c’est la grande quête affective de chacun qu’aucun ne peut combler. La solidarité des membres, le zèle du jardinier obtenant à grand renfort de soins et d’arrosages automatiques un jardin quasi biblique inondé de fleurs, n’y peuvent rien.

Ces huit nouvelles forment les chapitres d’un véritable roman car elles prennent tout leur sens au fur et à mesure de la lecture. Peu à peu, le manque d’air nous étreint comme le vieil homme à la fin du livre qui meurt d’insuffisance respiratoire, asphyxié.

Déjà, dans Scènes de la vie villageoise, il n’était pas rare, dans l’air du soir, d’avoir l’impression d’entendre des sons étouffés. Ici, ce sont des gémissements,un appel, voire des sanglots qui semblent parvenir aux personnages. Mais qui appelle ? Qui gémit ? Que nous laissent-ils pressentir ?

Catherine

le 23 février 2013


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan