Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

On ne boit pas les rats-kangourous
Estelle Nollet
Le premier amour
Véronique Olmi
Rouler
Christian Oster
La fin du monde n’aurait pas eu lieu
Patrik Ourednik
Des vies d’oiseaux
Véronique Ovaldé
L’apiculture selon Samuel Beckett
Martin Page
La Trêve
Saïdeh Pakravan
Charlotte Delbo
Violaine Gelly, Paul Gradvhol
Libre Livre
Jean Pérol
La Djouille
Jean Pérol
Tous les coups de coeur - Littératures française
Des vies d’oiseaux

Véronique Ovaldé
Éditions de l’Olivier
235 pages
19,00 €

C’est un conte rythmé en chapitres puis sous-chapitres aux titres imagés : "la reine en son palais", "mon coeur en sautoir", "la grande souveraine du renoncement". Comme dans les contes, certains passages peuvent être cruels mais la magie opère.

Deux femmes aux noms évocateurs : Vida (la vie) et Paloma (colombe) sa fille vivent dans une riche villa d’un pays imaginaire dont Véronique Ovaldé a le secret (Amérique du sud, centrale ?). Deux hommes : Taîbo le lieutenant mélancolique du poste de police vit dans un mobil home. Enfin, Adolfo, le jardinier de la villa est le petit ami de Paloma.

Deux mondes s’opposent : celui de Villanueva et sa Colline Dollars avec vue sur la mer, et celui d’Irigoy, village misérable appelé autrefois la ville des chiens. Mais la colline est instable, des fissures apparaissent dans ces somptueuses villas. Elles ne sont plus aussi sures qu’avant. Des squatteurs rôdent. Vida cherche sa fille Paloma qui a rompu les liens avec ses parents depuis plus d’un an, le jardinier disparaît, le lieutenant enquête à sa manière. En fait, ils sont tous les quatre, sans le savoir encore, en marche vers leur liberté.

La tonalité Ovaldé est tout à fait originale. On pense à son dernier roman Ce que je sais de Vera Candida. L’écriture est riche, saturée d’images puissantes : "Elle a ouvert la fenêtre pour faire entrer le jeune dragon et il n’y avait que la nuit irigoyenne, si étoilée qu’elle en paraissait laiteuse, un liquide noir s’écoulant de ses blessures". Des choses simples nous bouleversent. Le lecteur se laisse transporter dans ces mondes imaginaires. Imaginaires ?...

Catherine

 

le 20 août 2011


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan