Tél : 05 46 22 05 16 - Librairie du Rivage -

Coups de coeur

La dernière nuit de l’Émir
Abdelkader Djemaï
Quièn es ?
Sébastien Doubinsky
Cheyenn
François Emmanuel
Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants
Mathias Énard
Boussole
Mathias Énard
le roman de Bolaño
Éric Bonnargent & Gilles Marchand
Larrons
François Esperet
Gagneuses
François Esperet
Il faudrait s’arracher le coeur
Dominique Fabre
Des tours et des nuages
Dominique Fabre
Tous les coups de coeur - Littératures française
Boussole

Mathias Énard
Actes sud
21.80 €

Il y a déjà et il y aura encore beaucoup à dire et à écrire sur le nouveau roman de Mathias Énard, Boussole. aux éditions Actes sud. La puissance et la richesse de ce récit époustouflant d’intelligence et de générosité est une leçon d’humilité face à notre désir d’ appréhender la complexité du monde . Notre chronique répond au besoin de partager l’émotion provoquée par la lecture d’un livre dont on vantera bien entendu l"érudition phénoménale" et la "performance" d’écrivain, en oubliant peut-être de souligner la profonde humanité, l’humour désespéré et l’émouvante mélancolie. Il fallait du courage et une passion dévorante pour élaborer un tel récit dont tout, architecture, construction, matériau, personnages, tout révèle l’amour de Mathias Énard pour la culture orientale, la musique, l’histoire, les femmes et les hommes et plus généralement la nostalgie pour un monde qui disparaît par la folie des hommes. Dans cette nuit viennoise, Franz Ritter (Mathias Énard ?) tente d’échapper à l’insomnie, à moins que, telle Shéhérazade, il ne cherche des histoires que pour oublier la mort qui rôde autour de lui et lutter contre un sommeil qui le condamne à sombrer dans le néant. Les souvenirs de Sarah, amour impossible mais intact, les rencontres, les lieux et toutes les sensations encore vives de ces moments le maintiennent dans un éveil où affleure le délire. Mathias Énard ( Franz Ritter ?) progresse dans la nuit de ce passé qui devient aussi le nôtre. Mêlant habilement les grandes heures de l’ Histoire et la petite, celle des individus, il nous offre une vision humaniste des sources de la civilisation et de la culture qui nous lie à cet Orient mythique. Grâce à l’autodérision de Franz (Ah, cette robe de chambre à raccourcir !...) et à la variété des chemins explorés, la nuit est fluide sans que l’abondance de références littéraires et musicales ne nuise au plaisir de lecture.

Ce magnifique roman donne à lire la complexité du monde dans lequel nous vivons, brassé par les courants , les influences, les interprétations, les intérêts et dont le sens nous échappe. Le terrible spectacle de l’effondrement des racines de la civilisation, en Irak, en Syrie nous projette dans un avenir sombre car privé de la lumière des souvenirs qui nourrissaient nos rêves. Reste la magie de la poésie et l’universalité de la musique, comme une boussole. Du oud et du zarb, du zarb...

le 15 septembre 2015


82 Bld Aristide Briand 17200 Royan